Chaussures italiennes femme : femme ange ou tigresse ?

chaussure italienne

La relation femme-chaussure

Quelles chaussures pour faire face aux tendances vestimentaires ? Chaussures pour un look décontracté ? Chaussures italiennes femme classique ? Chaussures en toile, étonnement légères et aérées ?

Nous avons toutes nos marques du cœur. Et nous avons toutes des chaussures fétiches.

Souvent, cet amour reste une constante au fil des mois. En dépit des saisons, en somme !

Et d’ailleurs, à propos de classiques … on dit que les saisons n’existent vraiment plus … Fini donc le changement entre les placards d’hiver et d’été…

Et vous ?

Quelle est votre chaussure préférée ?

Est-ce une ballerine ? Dans ce cas, des enquêtes montrent bien que la relation femme-chaussure peut produire des garde-robes immenses : les ballerines seront merveilleusement alignées par couleur, il y en aura en tissu, en cuir, en gomme, monochromes, fantaisie….La panoplie peut compter des centaines de paires. Surtout si on a dépassé la trentaine et qu’on n’est pas du genre à jeter … Il parait que les fans de la ballerine aient des profils tout à fait spéciaux. Elles achètent des ballerines en guise de souvenir de voyage. Elles en achètent pratiquement n’importe où, si elles les aiment. Elles sont des omnivores des matières, des modèles, des marques. Bref, elles peuvent s’offrir une paire de ballerines à trois cents euros, tout en ne pas renonçant à celles qui coûtent à peine quinze euros.

Pour celles qui, au contraire, aiment faire le vide de temps en temps, le placard à chaussures se compose différemment. Elles gardent quand même une paire de chaussures par modèle et par saison. Des escarpins, des ballerines, des baskets, des bottes, des bottines, des slip on … naturellement, au moins en double version : hiver/été. Car, même si les saisons se succèdent à pas de mode, il est quand même conseillé de garder une paire de la collection précédente, jusqu’au moment du remplacement.

Chaussures hyper-féminines ?

En général, on pourrait tracer une petite liste des degrés de féminité associés aux modèles de chaussures. Ensuite, plus spécifiquement, on pourrait distinguer entre types de féminité.

Une chose est la ballerine qui a des formes douces, classiques, arrondies. Une chose est un escarpin pointu, imprimé léopard, avec un super talon hyper fin ! La différence entre les deux modèles ne réside pas tant dans la femme qui les portes mais plutôt dans le message et l’image qu’elle veut transmettre : conciliation ou bien domination ? Force, faiblesse ou romantisme ?

Il est évident qu’il ne s’agit pas d’associer un tempérament à une chaussure. Il est seulement question de pouvoir quand même savoir ce qu’une femme veut qu’on pense d’elle – que ce soit vrai ou faux au fond d’elle-même.

Chaussures italiennes femme : un symbole de statut ou bien un choix substantiel ?

Lorsqu’on parle de chaussures italiennes on pense tout de suite à la qualité, à la tradition italienne de ce type d’artisanat. N’oublions pas un autre aspect. Les chaussures italiennes femme représentent, dans l’imaginaire collectif, « la chaussure » par définition. Cela n’est peut-être pas justifié, car l’origine des chaussures est amérindienne, en réalité. Mais il est vrai que l’Europe a été le centre de cette production et de son succès, notamment chez les nobles et la haute bourgeoisie.

En revenant, donc, à ce qu’une chaussure nous dit de celle qui la porte, n’oublions pas ceci. La chaussure italienne, surtout lorsqu’elle est choisie parmi d’autres, en dehors de l’Italie, nous dévoile une grande attention, une précision extrême, une recherche, de la part de celle qui l’achète et la porte.

Les chaussures italiennes femme nous dévoilent d’autres traits caractéristiques des filles, à lire avec les autres données présentées plus haut. Reste à comprendre une chose, comme toujours : la fille aux chaussures italiennes les porte-t-elle parce qu’elle croit en leur qualité supérieure ou bien pour suivre une tendance ? Et encore, une femme chaussée à l’italienne, cherche-t-elle à combler des incertitudes intérieures ou bien cherche à imposer son style avec caractère ?

La chaussure, finalement, nous dit-elle la vérité ou bien nous présente une réalité souhaitée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *